Étiquetage énergétique simplifié pour les appareils ménagers

Publié le : 04 mai 20214 mins de lecture

À partir de la fin de 2019, l’étiquette énergétique simplifiée pour les appareils ménagers entrera à nouveau en vigueur, indiquant les niveaux de consommation sur une seule échelle de A à G et par des couleurs.

Ces jours-ci, le Parlement européen a signé l’accord du règlement, approuvant cet article par 535 voix pour, 46 contre et 79 abstentions.

Le règlement approuvé prévoit également la création de bases de données numériques spéciales disponibles sur un portail public.

La base de données sera également accessible via un code QR avec des applications pour smartphones qui permettront aux citoyens de comparer immédiatement les différents modèles sur le marché et de choisir celui qui offre le meilleur résultat.

Il appartient maintenant au Conseil de l’Union européenne d’approuver enfin les nouvelles règles par un passage formel.

La Commission européenne devra ensuite élaborer des lignes directrices pour l’application du règlement et les meilleures pratiques à mettre en œuvre pour l’essai des produits.

Évolution des étiquettes énergétiques pour les appareils ménagers

L’étiquette énergétique des appareils électroménagers a été introduite pour la première fois dans les années 1990 afin de fournir aux principaux appareils un système d’information qui déclarerait l’impact possible de leur consommation.

L’étiquette indiquait la consommation d’énergie de ces appareils avec des lettres entre A (pour les plus efficaces) et G (pour les plus énergivores).

Au fil du temps, les fabricants ont progressivement amélioré la performance énergétique de leurs appareils, de sorte qu’il était nécessaire de modifier l’étiquette avec l’introduction de croix et de classes A.

Toutefois, cela a réduit l’efficacité communicative de l’étiquette énergétique, car la plupart des produits sur le marché se situent entre la classe A et les classes supérieures et il est devenu de plus en plus complexe à déchiffrer pour les consommateurs.

L’intention des membres du Parlement européen est donc d’améliorer la perception de l’étiquette énergétique par les consommateurs en rétablissant la classification originale entre A et G et donc sans introduire de nouvelles classes et en éliminant les classes A.

Afin de suivre le rythme des améliorations technologiques en matière d’efficacité énergétique, chaque fois que 30 et les produits vendus sur le marché de l’UE entrent dans la classe A ou que 50 et les produits entrent dans les deux premières classes d’efficacité énergétique (A et B), l’échelle devra être mise à jour.

Comment l’étiquette énergétique simplifiée informera les consommateurs ?

Afin d’informer les consommateurs sur le nouveau label énergétique, des campagnes d’information spéciales sont prévues et les étiquettes seront affichées sur les produits sous forme imprimée et également disponibles en ligne.

Chaque fois qu’il y a une mise à jour affectant l’efficacité énergétique d’un produit déjà acheté, les fabricants devront en informer le consommateur.

Toute publicité visuelle ou promotionnelle concernant le produit doit faire référence à la classe d’efficacité énergétique et aux informations disponibles sur l’étiquette.

Un autre aspect trompeur des étiquettes actuelles est qu’elles ont souvent une structure et un contenu différents selon le type d’appareil.

L’intention est donc de surmonter cet obstacle également, en définissant une structure commune pour tous les labels.

Plan du site