Comment lire la classe énergétique d’une maison ?

Publié le : 04 mai 20217 mins de lecture

Le décret ministériel 162/15 a sanctionné définitivement l’entrée de la certification énergétique des bâtiments dans le droit italien. Les maisons et les appartements sont désormais divisés en classes énergétiques, établies à partir de paramètres structurels et fonctionnels qui déterminent scientifiquement l’utilisation limitée de l’énergie.

La fonction première de la classification énergétique est donc d’établir quelle est la consommation d’un bâtiment, ou pour mieux dire, quel est l’impact en termes de consommation que le bâtiment a sur l’environnement. L’objectif du législateur, qui n’oblige la certification énergétique qu’à certaines circonstances telles que les actes, les contrats de location, les demandes de réductions et de déductions, est de limiter le gaspillage d’énergie, de réduire la consommation et d’encourager les citoyens et le marché à utiliser les nouvelles technologies, en proposant des solutions alternatives à faible impact environnemental.

Qu’est-ce que l’A.P.E., le certificat de performance énergétique ?

A.P.E. (Certificat de performance énergétique) est le document qui décrit la quantité annuelle d’énergie primaire appropriée pour répondre aux besoins énergétiques du bâtiment. Ce modèle remplace l’A.C.E. (Certificat de certification énergétique) introduit par la loi 90/2013, permettant ainsi d’unifier au niveau national la classification énergétique basée sur des caractéristiques et des méthodes normalisées.

La loi impose l’obligation de présenter cette certification lors de la mise sur le marché d’une maison ou lors de la réalisation de travaux qui modifient la performance énergétique des bâtiments et des installations. Pour être précis, il est nécessaire d’équiper un bâtiment avec l’A.P.E. quand :

  • Le certificat est délivré à l’issue d’une analyse énergétique du bâtiment effectuée sur place. Les éléments qui sont pris en considération sont les suivants
  • Les classes énergétiques sont au nombre de 10 et vont de G, la plus mauvaise en termes d’efficacité, à A4, la plus performante. Ceux-ci sont flanqués de la classe NZEB, qui est la plus vertueuse jusqu’à présent, avec une énergie presque nulle.

Qui peut écrire l’A.P.E ?

L’A.P.E. doit être établi par un technicien agréé par la Région dans laquelle le bien est loué. Le professionnel, généralement un architecte, un ingénieur ou un géomètre autorisé à concevoir des installations et des bâtiments, doit être une personne qui n’a aucun lien avec la personne qui a conçu et/ou construit le bâtiment.

Comment lire la classe énergétique d’une maison ?

Afin d’évaluer l’efficacité énergétique d’un bâtiment, il est nécessaire de donner des indications à la fois sur la performance des systèmes, tels que la production d’eau chaude, le chauffage et la climatisation lorsqu’ils sont présents, et sur la capacité des dalles et des murs, utilisés à la fois pour séparer les zones chauffées des pièces non chauffées et de l’extérieur, car ceux-ci sont capables de retenir la chaleur à l’intérieur de la maison.

Afin de rendre les informations d’un certificat A.P.E. plus compréhensibles même pour ceux qui ne sont pas des techniciens du secteur, nous en analysons les principaux éléments :

  • Code d’identification : correspond à la valeur attribuée à la suite de la procédure de transmission directement depuis le système d’information régional.
  • Validité : la certification dure 10 ans si, et seulement si, les délais de contrôle des installations sont respectés et qu’aucun travail modifiant substantiellement les caractéristiques énergétiques n’est effectué.
  • Utilisation prévue : le décret présidentiel 412/93 indique E1 comme la catégorie à laquelle appartiennent les bâtiments utilisés comme habitations et les bâtiments similaires.
  • Données d’identification : en plus des données cadastrales, les coordonnées de latitude et de longitude sont nécessaires pour identifier le bien de manière unique.
  • Zone climatique : cette donnée dépend évidemment de la municipalité dans laquelle le bâtiment est situé et sert principalement à indiquer pendant combien d’heures par jour et pendant quelle période il est possible d’allumer le chauffage.
  • Surface utile : cette donnée indique la surface nette du volume affecté par la climatisation avec une hauteur de plus de 150 cm. Il est calculé en additionnant toutes les surfaces refroidies ou chauffées. Cette valeur est très importante car c’est celle qui est utilisée pour calculer les indices de performance énergétique.
  • Services énergétiques : les services adaptés au calcul de la performance énergétique, tels que le chauffage et la production d’eau chaude, sont énumérés ici. Si le bâtiment n’en possède pas, la procédure serait simulée en l’indiquant dans le tableau des systèmes.
  • Performance énergétique du bâtiment : le chiffre fait référence à la performance énergétique de l’enveloppe du bâtiment, c’est-à-dire la manière dont le bâtiment, déduction faite de la performance des installations, utilise l’énergie en hiver et en été. Les niveaux de qualité, élevé, moyen et faible, sont indiqués par l’utilisation d’un smiley.
  • Performance énergétique globale et performance du bâtiment : c’est certainement le fait le plus important de la certification car il détermine la classe énergétique réelle du bâtiment. Sur le côté gauche de la représentation se trouvent toutes les bandes, tandis que le côté droit indique par une flèche la lettre attribuée à votre bâtiment, avec le nombre de kWh/m² par an correspondant.
  • Performance énergétique des systèmes : cette valeur indique la quantité de combustible consommée par le bâtiment en un an et avec une utilisation standard.
  • Requalification énergétique : cette donnée est obligatoire et son absence exclut la validité de l’ensemble de la certification. On trouvera ici la description de toutes les interventions recommandées pour améliorer l’impact environnemental du bâtiment.
  • Informations sur l’amélioration de la performance énergétique : cet espace est consacré, par exemple, à l’inclusion d’incitations et de législation pour soutenir la modernisation des bâtiments en termes de consommation.
  • Inspection, saisie des données et délivrance des données : toutes ces étapes sont obligatoires pour que le certificat soit valable. Les techniciens responsables doivent également signer et tamponner l’A.P.E. en original.

Plan du site