Les dangers du gaz d’échappement des voitures

Les gaz d’échappement particulièrement nocifs des voitures sont les poussières fines et les oxydes d’azote. Les symptômes de la maladie vont de la toux aux maladies cardiovasculaires. Le scandale VW a mis les gaz d’échappement des voitures au centre des préoccupations.

Les gaz d’échappement particulièrement nocifs des voitures sont les poussières fines et les oxydes d’azote

Les symptômes de la maladie vont de la toux aux maladies cardiovasculaires. Le scandale VW a fait connaître au public les gaz d’échappement des voitures, notamment parce qu’ils pourraient être responsables de maladies graves, dont le cancer du poumon. VW s’est surtout intéressée aux oxydes d’azote qui sont nocifs pour les poumons. En Allemagne, des chercheurs ont rapporté dans la revue “Nature” qu’il y a environ 7000 décès par an causés par les gaz d’échappement du trafic routier. Selon le rapport, deux fois plus de personnes meurent en Allemagne à cause de l’oxyde d’azote que d’accidents de la route.

Un aperçu des polluants nocifs

STICKOXYDES (NOx) : les oxydes d’azote nocifs tels que le monoxyde et le dioxyde d’azote ne sont présents dans la nature qu’en quantités infimes. Ils proviennent principalement des voitures, mais aussi des centrales électriques au charbon, au pétrole et au gaz. Les moteurs diesel émettent beaucoup plus de NOx que les moteurs à essence.

Ces substances peuvent attaquer les muqueuses et provoquer ainsi une toux, des difficultés respiratoires et une irritation des yeux. Les asthmatiques sont particulièrement menacés. Cependant, ils peuvent également affecter le cœur et la circulation. Les oxydes d’azote contribuent également à la formation de particules et d’ozone troposphérique.

Parmi les NOx, seul le protoxyde d’azote (protoxyde d’azote / N2O) est significatif pour l’effet de serre. Il ne nuit pas à la santé dans les concentrations présentes. Le gaz hilarant provient principalement des champs qui contiennent beaucoup d’engrais azoté artificiel. Le NOx le plus important à l’heure actuelle est le dioxyde d’azote (NO2).

NO2 LIMITED AIR : “Le dioxyde d’azote (NO2), qui provient principalement des gaz d’échappement des véhicules à moteur, est en train de devenir le premier polluant”, a écrit l’Agence fédérale de l’environnement (UBA). Selon le rapport, en 2014, les concentrations de NO2 dans plus de la moitié des stations de mesure situées sur des routes très fréquentées ont dépassé la limite moyenne annuelle de 40 microgrammes par mètre cube. Les autorités devront alors veiller à la réduction du NO2 par le biais de plans de contrôle de la pollution atmosphérique. En outre, la Commission européenne peut engager des procédures d’infraction, qui peuvent déboucher sur des amendes. Selon l’UBA, une telle procédure est actuellement en cours contre l’Allemagne pour dépassement de la valeur limite annuelle. Les citoyens peuvent également poursuivre les autorités en justice pour le respect des valeurs limites.

Vleurs limites de NOx pour les voitures : La valeur limite dans les gaz d’échappement des voitures pour l’ensemble des oxydes d’azote est de 80 milligrammes par kilomètre (mg/km) pour les moteurs diesel et de 60 mg/km pour les moteurs à essence dans l’UE. La valeur moyenne exigée par l’Agence américaine de protection de l’environnement (EPA) est l’équivalent de 43,5 mg/km. Toutefois, les systèmes de contrôle américains ne sont pas uniformes et les réglementations peuvent varier d’un État à l’autre.

Ozone (O3) : les NOx forment l’ozone à la lumière du soleil avec les substances organiques et l’oxygène. L’ozone irrite les muqueuses, les yeux et les poumons. Il peut causer des problèmes respiratoires. Comme pour le NO2, les asthmatiques sont particulièrement menacés, tout comme les travailleurs et les sportifs de plein air avec leur forte rotation de substances.

O3 air limité: si la concentration d’ozone atteint 180 microgrammes ou plus par mètre cube d’air pendant une heure, les autorités de l’État doivent en informer la population et lui indiquer ce qu’il faut faire, par exemple par le biais de stations de radio. Par exemple, les personnes sensibles à l’ozone doivent éviter les activités de plein air intenses. À partir du seuil d’alarme de 240 microgrammes par mètre cube, cela s’applique à l’ensemble de la population.

Poussières les plus fines : ces minuscules particules sont produites soit directement dans les moteurs de voiture, les centrales électriques, l’industrie ou en fumant des cigarettes, soit indirectement par le biais des oxydes d’azote et d’autres gaz. Les fines particules pénètrent dans les poumons et même dans la circulation sanguine. Ils peuvent entraîner une inflammation des voies respiratoires, mais aussi des thromboses et des problèmes cardiaques.

DIOXYDE DE CARBONE (CO2) : bien qu’il soit inoffensif pour l’homme, c’est aussi le plus important gaz à effet de serre et il est responsable de 76 % du réchauffement climatique provoqué par l’homme. Selon les données de l’UBA, le trafic routier est responsable d’environ 17 % de toutes les émissions de gaz à effet de serre en Allemagne, le dioxyde de carbone jouant de loin le rôle le plus important